Bingo Bophin et une année d’aventures

De Lotro-wiki
Aller à : navigation, rechercher

Voici la traduction, [par les Furets du Gondor], d’un billet de MadeOfLions, développeur pour le Seigneur des Anneaux. Il a à son palmarès l’intégralité des quêtes épiques, l’idée et la mise en œuvre des quêtes épisodiques. En plus d’être la personne la plus calé sur l’univers de la Terre du Milieu que vous puissiez trouver dans les locaux de Turbine.

La longue lettre qui suit revient sur l’année passée en compagnie de Bingo Bophin, vu des yeux de son créateur. C’est en quelque sorte un Dev Diary plein de nostalgie et de petites info sur les coulisses. C’est aussi plein de spoiler, vous êtes prévenus.

Furets du Gondor

Bingo Bophin et une année d’aventures

Il y a un an, un hobbit du nom de Bingo Bophin a développé un goût pour l’aventure et fait ce que très peu de ses voisins aurait pu concevoir : il a décidé de quitter la Comté et d’élargir son horizon aux vastes contrées de la Terre du Milieu. Ce fût une idée effrayante pour un Bophin – tout le monde connait l’esprit aventureux qui peut exister dans le cœur des Touque ( et parfois chez les Sacquet, Brandebouc et Gamegie, engagés dans des quêtes de la plus grande importance), mais Bingo n’a pas laissé cela le détourner de ses voyages.

Bingo n’était cependant pas le seul rendu nerveux par cette aventure. J’ai partagé ses inquiétudes, car le développement de « La Ballade de Bingo Bophin » fût quelque chose de très inhabituel, un éloignement de la norme, pas seulement pour ce qui est de raconter une histoire dans LOTRO, mais aussi par les méthodes employées pour développer le contenu. J’ai fait de longue chaines de quêtes avant (certains livres de la quêtes épique font jusqu’à 30 chapitres), mais la plupart sont fait complètement en avance et publiés avec une mise à jour majeure du jeu. Dans le cas de l’aventure de Bingo, je n’avait pas le luxe de mettre à jour le jeu à chaque fois que j’avais besoin de livrer la prochaine quête – nous sommes fiers de mettre à jour le jeu de manière assez fréquente, mais il n’aurait pas été facile de convaincre les décideurs qu’il aurait été « raisonnable » de pousser une mise à jour toutes les semaines pendant 52 semaines. Aussi, la prochaine quête devait être finie et prête à être dévoilée en fonction d’un calendrier.

Ça c’est pour le coté technique. Sur le plan de la narration il y a un autre défi : quand un joueur doit attendre une semaine pour avoir le prochain chapitre de l’histoire, comment s’assurer que chaque quête soit auto-satisfaisante, et donne envie au joueur de se pointer la semaine prochaine pour la suite de l’histoire ? Que nous ayons réussi ou pas cela chaque semaine est à débattre, mais mes indicateurs pour ça requéraient de se poser une question : « Est-ce que les joueurs ont quelque chose d’intéressant sur cette quête là ? » Le « quelque chose d’intéressant » variait d’une semaine à l’autre : parfois ça pouvait être une occasion de développer le personnage, parfois une forme inhabituelle de gameplay, parfois une simple petite blague qui me fait rire – mais heureusement la plupart du temps c’était plus que seulement ça ! Et puis il y a une arme secrète bien concrète aussi : Bert Barteleur et la promesse de plus de récompenses gardait le joueur accro.

Mais en premier lieu, j’avais une histoire que je voulait raconter, et je voulais le faire avec LOTRO. Je voulais prouver que malgré son grand âge, LOTRO pouvait encore être sur la brèche, défricher de nouvelles terres et faire quelques chose de neuf dans le monde du MMO, des choses excitantes. Il serait facile de nous reposer sur nos lauriers et réfléchir à la longue route que nous avons derrière nous, mais je suis plus intéressé par ce qu’il y a au devant de cette route, tout comme Bingo Bophin au départ de son aventure.

L’idée originale

Tout le mérite revient à Théodore Lajonc, et pour une fois il n’aura pas (entièrement) tort ! Il y a bien des années, j’ai écrit une description pour un second hobby histoire d’accompagner la pêche. Ça ce serait appelé ‘Chasse au trésor‘, et cela aurait reposé sur du contenu : dans chaque région il y aurait eu 4 à 5 trésor cachés, chacun vous aurait demandé de chercher des indices et résoudre des énigmes afin de le trouver. J’étais terriblement excité par l’idée, et toute cette excitation était à peine entamée par tous ceux à qui je présentais la chose (dont ma femme, qui travaillait pour LOTRO à l’époque) n’y voyant là qu’un mauvais hobby et un effort de développement qui n’en vaudrait pas la peine.

Parfois ces choses arrivent. Alors ma Chasse au trésor alla dans le grand coffre-fort des idées perdues, mais l’idée d’un de ces personnages fit son creux au fond de ma cervelle : l’inimitable Théodore Lajonc refusait d’être oublié. Refusant aussi d’être totalement oubliée : l’idée d’un arc de quête progressant au travers des régions, avec 4 ou 5 quêtes individuelle par région racontant une histoire.

Ce concept a finalement fusionné avec une autre de mes idées, un arc de quêtes au long cours, concomitant à la quête épique et s’étalant sur une large plage de niveaux, mais une broutille restait à régler : comment distinguer une telle quête de la quête épique ? La réponse fût le ‘ton’ – étant donné tout le sérieux de la quête épique, une approche plus légère aurait rendu cette nouvelle chaîne de quêtes bien différente, plus dans le ton du Hobbit que du Seigneur des Anneaux. Ce serait une « épique hobbit » en quelque sorte, et suivrait un hobbit peu commun dans une aventure au-delà de la Comté. Mieux encore, peut être que Bilbo en personne pourrait avoir un rôle dans tout ça…

Après cet éclair de génie, le puzzle de cette nouvelle histoire a pris forme. Théodore prendra la place qui lui est due dans un second rôle, et j’ai commencé à développer le caractère de Bingo et sa famille étendue. Pendant longtemps j’ai eu un document de deux pages comme esquisse, huit pages en tant que résumé de la chaîne de quêtes, et 50 pages pour les spécifications détaillées.

Début de l’implémentation

Au début, je m’imaginais la Ballade de Bingo Bophin comme une extension de la quête épique. L’idée était qu’en plus de concevoir l’épique pour chaque mise à jour, j’aurais aussi travaillé sur diverses portions de l’histoire de Bingo. Ainsi, j’aurais pu étaler l’implémentation des quêtes de Bingo sur une longue période, et aussi mettre à profit les sessions d’enregistrement des voix off pour l’épique. Qu’est-ce que quelques milliers de lignes de voix off en plus ? ;D

J’ai segmenter l’ensemble de la chaîne de quêtes et commencé l’implémentation du premier segment des aventures de Bingo (semaines 1-17) avec le Volume IV au début du Gondor Ouest. Plus tard, les segments ont été glissés dans les mises à jour du Gondor central, Gondor oriental, Ancien Anórien. Son histoire ne devait pas être complètement implémentée avant la sortie de la MàJ18 et la Bataille des Champs du Pellenor.

Puisque toutes ces mises à jour devaient être livrées sur les serveurs avant que nous soyons prêts à passer le feu au vert pour le départ de la Ballade, il était nécessaire d’utiliser du phasing et d’autres techniques pour garder le travail secret. J’ai presque failli tout gâcher d’entrée ! Pour commencer, bien que Bingo fût phasé proprement, il ne m’est pas venu à l’idée que chaque PNJ devait l’être aussi, et il le devait ! Après tout, vous êtes tous très familiers avec l’état courant de la Terre du Milieu, et le moindre changement vous saute aux yeux comme si il était fluorescent. Donnamira Touque dans la librairie des Grands Smials commençait la conversation, et les voisins de Bingo (l’un d’entre eux étiqueté « l’autre voisin de Bingo ») étaient aussi prêt à jouer les indics. Même Bert Barteleur fût impliqué, se montrant sur le radar dans les lieux de la Comté et des Terres solitaires, avant d’être sévèrement réprimandé.

Je m’amusais à mettre bout à bout cette chaîne de quêtes et à donner à l’équipe des nouvelles hebdomadaires sur les avancées de Bingo lors des réunions du matin, mais il y avait toujours un doute sur le succès de toute cette expérience. Je jouais la pièce en même temps que je l’écrivais, et Arbor la testait pour s’assurer que tout marchait bien, notre directeur artistique jouait aussi la quête tout en faisant une liste des zones et personnages qui pouvait profiter d’une retouche… mais vous ne pouvez jamais être sûr de vous tant que la quête n’est pas jouée pour de vrai.

Finalement, avec deux segments bien implémentés (amener Bingo dans la Moria et juste de l’autre coté) et un troisième en cours de développement, il était temps pour les joueurs d’y jouer pour de bon. C’était le 23 juillet 2015, et le feu passait au vert.

Des défis particuliers

Il y a eu quelques aspects de la Ballade de Bingo Bophin difficiles d’un point de vue de concepteur. Le premier concernait le chemin que notre petit hobbit allait emprunter. Je savais d’entrée que je voulais le voir quitter la Comté et avancer en même temps que la montée en niveaux au travers du contenu de l’Eriador jusqu’à arriver au Monts Brumeux, là il serait tombé dans la Moria pour être retrouvé plus tard, et finir dans la Lothlorien avec un court passage par la Forêt noire.

Si nous avions du suivre la montée en niveau naturelle du contenu LOTRO, il aurait alors dû faire un saut par-dessus les montagnes pour se retrouver en Enedwaith, à prendre des niveaux autant que dans deux régions, avant de ressauter par-dessus les montagnes vers le Grand Fleuve, comme vous le faites en suivant le Volume III de l’épique. Ça marche pour l’épique par que ça doit marcher, mais je n’ai jamais bien aimé l’idée d’approcher l’Isengard par l’ouest plutôt que par l’est. Pour Bingo, je voulais qu’il reste du côté du Rhovanion, ce qui signifie qu’il y a un écart de 10 niveaux entre les aventures de Bingo dans la Forêt noire et son séjour lvl75 au Grand Fleuve.

De ce fait, j’ai dû prendre de la marge sur les niveaux suggérés pour « D’abord, le petit déjeuner », « Deuxième petit-déjeuner » et les quêtes du Grand Fleuve. Je pense, au bénéfice du voyage de Bingo, mais je sais que cela a pu être difficile pour les joueurs de niveau qui devait tenir le rythme imposé par les déplacements de Bingo au travers du Grand fleuve et du Rohan.

Très vite, vous m’avez demandé quel serait le niveau maximum de Bingo à la fin de ses voyages, j’ai dû refuser de vous dévoiler l’information. Cela aurait pu vous éviter la frustration engendrée par la rapide progression au Grand fleuve et au Rohan, mais d’un autre coté je voulais préserver autant que possible la surprise. Vous dire le niveau max de Bingo (lvl93 finalement) en révèle en fait pas mal sur son voyage – ça révèle là où il n’ira pas, par exemple, et aurait permis aux limiers de LOTRO d’avoir toutes les informations nécessaires pour déterminer l’aspect général de ses aventures ; je ne voulais pas que cela arrive avec un an d’avance !

Cela m’emmène à une autre des difficultés à développer du contenu qui se retrouve dans les données du jeu des mois avant d’être actif – ces limiers de LOTRO susmentionnés ont les outils pour fouiner ici et là et en apprendre assez sur ce que nous avons mis dans le jeu, même si je préfère le garder secret, des infos comme les récompenses que Bert aura et les objets de quêtes avec lesquels il faudra interagir. Pour la plupart, ces limiers ont été respectueux et j’ai apprécié le fait qu’ils ne montrent ces informations qu’à ceux qui cherchent à savoir, sans les lancer à la face de ceux qui n’y tiennent pas. Il y a eu des exceptions, et nous n’avons pas été tendres avec ceux qui tentaient de dévoiler dans le canal /monde les futures épreuves de Bingo.

Cela m’a rendu parano, et à la fin j’ai commencé à prendre des mesures extrêmes pour essayer de garder certaines surprises de Bingo secrètes. Pour les joueurs qui ont complété le Vol III, il est possible de rencontrer Clémence quand Bingo arrive au Rohan ouest, mais j’étais si inquiet que les limiers apprennent ça à l’avance que je lui aie donné le nom de ‘femme’ dans les données du jeu et j’ai pris des détours pour cacher son vrai nom. J’ais été de moins en moins descriptif dans les textes des objets avec l’avancement de la Ballade, car je ne voulais pas que les joueurs fassent de l’ingénierie inversée pour obtenir le contenu d’une quête à partir des descriptions sur les objets. C’est la raison pour laquelle les invitations à la fête de la semaine 51 sont appelées « Notes manuscrites » plutôt qu’ »invitation à la fête » et leur description « Ces notes ont été écrites à la main ». Dans d’autres circonstances je n’aurais jamais laissé passer une telle description, mais dans l’intérêt de préserver le mystère, il le fallait.

Mais une telle discussion sur les défis de l’implémentation ne peut être complète sans parler de Draigoch, et il va avoir droit à son chapitre.

Un week-end chez Draigoch

Au départ, la rencontre de Bingo et Draigoch devait être bien différente et simplement au service d’une blague. J’avais prévu de le faire entrer dans le repaire de la Combe de Thror, un grodbog aurait détalé, Bingo aurait dit deux trois mots sur les insectes, et ça se serait terminé là. Mais plus j’y pensais, plus je me disais que Bingo devait s’approcher presque intimement du dragon parlant préféré de tous.

Ce fût une décision lourde d’implications, il est souvent facile à l’écrit de dire « Bingo doit rencontrer le dragon ! » mais bien plus difficile d’y parvenir de manière crédible. Théodore Lajonc à la rescousse, évidemment qu’il va entrer dans le repaire rempli d’or de Draigoch le rouge ! Mais n’est-il pas plus intéressant s’il n’y va pas pour un trésor mais pour une autre raison ? Soudainement, les décisions et les intrigues pensées plus tôt s’assemblent naturellement, et aujourd’hui je n’imagine pas autrement ce passage.

Il reste tout de même un dragon plutôt imposant sur le chemin. Le repaire de Draigoch est connu pour être complexe sous le capot, et réaliser une instance pour Bingo par-dessus tout ça semblait… peu judicieux. Alors j’ai fait tout ce qu’un développeur de contenu entreprenant aurait fait : je l’ai mis de côté. En fait je l’ai mis si longtemps de côté que l’essentiel de la Ballade était déjà implémenté avant que je ne m’atèle à la tâche

Je m’y suis finalement résolu un week-end que j’ai dédié au développement de cette instance.

Me sentant malin, la première chose que j’ai faite fût de copier le donjon en entier dans un nouvel emplacement de façon à ce que je puisse y mettre mes doigts sans risquer d’interférer avec la version existante du raid. J’ai ensuite passé une bonne partie du week-end à construire l’instance pour Bingo, cela m’a plu de mettre Bingo et ses amis dans une telle posture. Après que ce soit pour ainsi dire fait et que j’étais particulièrement confiant, j’ai décidé de supprimer de ma copie certains des éléments spécifiques au raid de manière à améliorer les performances et rendre tout ça plus élégant.

Le désastre ! J’ai supprimé quelque chose (ou quelques choses) que je n’aurais pas dû, mon instance refusa de fonctionner. Draigoch refusait de dormir plus longtemps ; maintenant il prenait la pose ridicule d’un T. Les automatismes de Bingo ne fonctionnaient plus non plus, en fait rien dans l’instance ne fonctionnait plus comme quelques heures plus tôt. Il était 16h30 un dimanche, et au lieu d’être prêt à partir j’avais d’un seul geste foutu en l’air tout le travail du week-end sur cette fichu instance. J’ai jamais été aussi proche des larmes en développant du contenu pour LOTRO.

Mais j’ai persévéré, je n’allais pas laisser cet incident gagner. Les heures suivantes je les ai passées à retracer les étapes, essayant de restaurer ce qui avait été cassé, à la fin tout marchait assez bien et l’instance de Bingo fonctionnait à nouveau. Heureusement que j’avis copié ce donjon sur un nouvel emplacement d’entrée de jeu !

Aujourd’hui j’en rigole, je pense que « Un trésor perdu, un trésor retrouvé » est l’un des moments fort de l’aventure de Bingo, il semblerait que parfois l’art imite la vie. Théodore avait raison, la Pierre de Roth est maudite !

Sur le papier

La forme générale des aventures de Bingo était en place dès le départ – la solitude le pousserait vers l’aventure en Terre du Milieu, se faisant des amis, et retournant en Comté il tiendrait son repas de fête invitant tous ceux qu’il aura rencontrés sur sa route. Mais les détails ont changé et évolué entre la conception et l’implémentation, comme la rencontre avec Draigoch ci-dessus. Voici quelques idées qui finalement seront restées sur le papier.

Bingo s’arrête parfois en un lieu pour passer du temps à écrire son livre, l’idée était qu’il y aurait eu un lien avec un concours sur le forum où les joueurs auraient été invités à écrire les passages décrivant l’aventure de Bingo jusque-là. Une idée finalement trop éphémère pour être organisée. Le plan audacieux du sauvetage de Bingo chez les Poings-bourrus était originalement conçu avec une instance autour de la furtivité, on a fait marche arrière pour finalement faire ça dans le monde ouvert. Cela a beaucoup retiré d’audace à ce plan audacieux, mais comme cette quête suivait immédiatement « Un détour dangereux » c’était probablement mieux ainsi. Aujourd’hui seul deux semaines dans la Ballade ont deux instances successives. Les deux quêtes de petit-déjeuner ont beaucoup changé au cours de leur implémentation (je sais que ça peut être vu comme une mauvaise nouvelle aux yeux des nombreux fans de « Deuxième petit-déjeuner »). Au départ, Bingo devait cuisiner un petit-dej’ copieux pour aller avec la montée en niveau de la Forêt noire, ça n’aurait pas suffi et il aurait dû en cuisiner un second. Répondant aux retours voulant plus de réflexion dans les quêtes j’ai changé « Deuxième petit-déjeuner » pour incorporer la chasse aux ingrédients de Willem Poil… Et nous savons tous comment cela a tourné ;) Dans le premier jet, Bingo devait devenir le héros des enfants de Cliving, vous l’auriez alors aidé à rejouer certains passages de son aventure pour leur amusement. Cela m’a semblé un peu redondant (et aussi ressemblant à une paire de quêtes LOTRO) alors j’ai réécrit cette section et cette histoire de complot avec les sectaires de l’œil de sang. Une intrigue laissée à l’abandon issue de l’épique qui trouve là une conclusion. De la même manière plutôt que d’aller dans les Landes farouches, Bingo devait aller vers Neigebronne et passer du temps à la taverne (comme préssenti lors de sa rencontre avec Milo Jolicorps au Poney). Vous l’auriez alors aidé à se remettre d’une gueule de bois avec le remède de Gléowine vu dans le Vol III… mais au moment de l’implémentation, ça ressemblai moins à une référence qu’a une simple copie, alors j’ai coupé ce passage entièrement. J’ai pas mal lutté avec la Trouée du Rohan. En jeu, si Bingo avait eu a voyagé de l’est vers l’ouest, il serait alors passé par deux versions d’Isengard : une inondée et l’autre non. Je devais expédier ça avec un gag de ‘déjà-vu’, mais ça n’a jamais vraiment marché. Du coup Bingo se téléporte loin de Grimslade vers le Dunbog, ratant au passage une rencontre avec le rôdeur Anarion et une terrible confrontation avec un ouargue pour Willem Poil. Celle-ci est un peu bizarre, je pensais vraiment pouvoir lui rendre justice avec du texte, mais plus j’y pensais et moins j’en étais sûr. Je me suis dégonflé. Mais la voici ! Dans la forêt de Tristebois, vers la fin du voyage, Bingo devait retrouver un visage familier vu au début de son aventure : Tom Bombadil, gambadant gaiement dans les bois ! C’était supposé ajouter au mystère et au sentiment d’autre monde qui transpire de cette forêt et de bien d’autres en Terre du Milieu… J’ai sourcillé et fait marche arrière. J’ai pensé ensuite laisser Bingo rencontrer le Chasseur à la place, mais l’idée n’a rien donné.

Easter eggs, bugs… et le futur ?

La plupart du temps la Ballade de Bingo Bophin c’est plutôt bien passé, mais il y a encore quelques questions que j’aimerai évacuer. Certains phasages de Willem Poil à Fondcombe sont bancals, du coup on dirait qu’il a juste passé tout son temps à dormir dans la Salle du feu – ce qui est très impoli après que Bingo ait été très ému dans le Dunbog ! Aussi beaucoup des récompenses d’animaux cosmétiques n’ont pas la bonne icône et prétendent être des chevaux. Je garderai aussi un œil sur les rapports de bugs, que je puisse corriger tout ce qui se présente.

Voici quelques détails que vous auriez pu rater tout au long de la Ballade :

Les personnages impliqués dans la Ballades peuvent avoir quelques lignes à prononcer en plus des commentaires qu’ils font avec un anneau bleu au-dessus d’eux. Parfois elles sont droles ! Par moment les Beorning peuvent parler à certain personnage animalier. De même Langhar a différentes réponses si elle est votre sœur. En ayant complété le Vol III vous pouvez croiser Clémence à divers endroits. Les invité à la semaine 52 peuvent varier, c’est selon. Il y en a plus au sujet de Bert qu’il ne le laisse paraître. Adolinda est la femme humaine la plus ‘’agée’’ que bingo rencontre, par conséquent elle a l’apparence par défaut d’origine pour un personnage féminin de LOTRO. La lente progression de Bingo sur le pont dans ‘’Le fardeau de bingo’’ est un clin d’œil à la lenteur des hobbit dans la quête ‘’Le fardeau de Frodon’’, pour laquelle j’ai reçu pas mal remarque au cours des ans. La collecte des pages dans ‘’Bingo perd la mémoire’’ est une référence en l’honneur du trope des MMO (et de LOTRO) demandant d’aller ramasser des pages sur des monstres ou dans le paysage. Les dialogues de Bingo à Langhold peuvent variés du tout au tout selon que la ville soit détruite ou non. Vous pouvez voir un ou deux aigles selon votre avancement dans les quêtes du Grand fleuve, et les dialogue de chacun s’en accomode. Livrer les invitations à la main de la semaine 51 ne fait pas de différence, j’ai ajouté l’option permettant de passer les livraisons pour répondre aux retours des joueurs concernant les longs voyages plus tôt dans la Ballade. Bingo vous demande si vous les avez livrées vous-même simplement pour que vous puissiez vous sentir mal le cas échéant ;D Willem Poil réagira à quelques emotes au moment des adieux dans le Dunbog. Une fois la Ballade terminée, Bingo a au moins une ligne de dialogue pour chaque semaine de son voyage. Quant au futur, je pense qu’il y a de la place pour du contenu épisodique dans LOTRO, j’ai aimé faire et jouer la Ballade de Bingo Bophin au point tel que j’aimerai en faire une autre. Mais le problème c’est qu’il me faut la bonne histoire pour ça, je ne voudrais pas que ce soit juste une redite de l’aventure de Bingo avec quelqu’un d’autre, en d’autres lieux. Ça doit être très différent.

Cela dit, je ne serais pas surpris si nous retrouvions certains des personnages de la Ballade de Bingo Bophin. Il y a beaucoup d’aventures à vivre en ce bas monde !

Des merci à foison

Comme Bingo, je me suis laissé emporter par les mots, alors je vais y mettre un point final. J’ai quelques personnes à remercier !

Arbor, pour avoir testé la Ballade de Bingo Bophin, s’assurant que tout marche comme il le devrait chaque mercredi. Cela ne m’empêchai pas de m’inquiéter chaque mercredi à 15h59, mais elle a vraiment eu beaucoup de travail pour s’assurer que les bugs s’écrasent. Pierson pour avoir réalisé deux versions du manoir Bophin : l’endroit révé pour un hobbit qui veut organiser un repas de fête. Et aussi pour avoir rafraîchi quelques vieilles régions du voyage de Bingo. Le directeur artistique Todd ainsi que les artistes Evan et Mark pour les nombreux objets cosmétiques uniques, les cartes, PNJs, et en général toute l’attention artistique nécessaire pour rendre tout ça aussi joli que possible. Merci aussi à Todd pour avoir pris le temps de jouer au travers de la première passe des quêtes de Bingo, me procurant ainsi un premier avis précieux très tôt. Edgecase pour toutes les récompenses et un bon lot de conseils sur les systèmes et des indications sur les coûts des récompenses. Et aussi pour avoir été un fervent supporter de Bingo. Ransroth pour son soutient en ingénierie afin de s’assurer que Bert soit bien en mesure d’indiquer l’emplacement de Bingo. Et aussi pour avoir joué la Ballade chaque semaine, me donnant un avis honnête à son propos. Désolé pour les timers et les énigmes. Tybur pour avoir fourni le soutient nécessaire à la sortie de Bingo chaque mercredi à 16h et pour avoir eu des mots réconfortants dans les moments de nervosité. Ma femme Istien pour m‘avoir dit il y a longtemps que le hobby chasseur de trésor était une perte de temps. Après tout, la Ballade de Bingo Bophin n’existerai probablement pas si j’avais pu mettre en pratique cette idée. Et pour finir, vous tous : chacun des joueurs LOTRO, que vous ayez ou non joué toute la Ballade. Nous faisons tout ça pour vous. Merci beaucoup pour tout ce que vous faites !

Amitiés, MoL